Urinez, madame, on vous suit !

 Urinez, madame, on vous suit !

Femme accroupie, Carole Herlaut, mai 2005

 Certains les trouvent très efficaces et prétendent ne pas pouvoir s’en passer, d’autres les jugent au contraire inefficaces et disent ne jamais s’en servir, d’autres encore les trouvent tout simplement dépassés, les considérant comme des tas de saletés en ce siècle où tout est luxe et beauté.

Les gris-gris, appelons-les par leur nom, ont toujours défrayé la chronique dans les sociétés africaines animistes – parce que tous les Africains sont des animistes avant d’être chrétiens, ou musulmans, ou bouddhistes, ou shintoïstes, ou juifs… Les gris-gris sont-ils efficaces ou simplement de la pure arnaque de nos féticheurs, charlatans, marabouts et autres adeptes des dieux en bois, en argile… ? Difficile de répondre à cette question d’autant plus que si ces soi-disant porte-bonheur – et aussi porte-malheur – avaient une certaine efficacité, les Africains, champions dans ces pratiques, ne seraient toujours pas dans l’état où nous les connaissons tous aujourd’hui et que les charlatans, féticheurs, marabouts… soient encore là, vautrés dans une saleté indescriptible, à tirer le diable par la queue comme tout le monde. Cela relèverait aussi de la mauvaise foi que d’affirmer in extenso que nos chers gris-gris sont juste des ornements incapables de faire du bien ou du mal à qui que ce soit, car tout Africain, du moins tous ceux-là qui ont déjà vécu en Afrique juste pour quelques jours, peut affirmer avoir assisté, au moins une fois, à des prouesses de ces sacrées amulettes. Destination Bénin pour ceux qui n’ont jamais vu un gri-gri au boulot !

Cependant, la question qu’il convient de se poser est l’universalité de l’efficacité de ces gris-gris qui, pour avoir tout crédit, doivent normalement être utilisables et efficaces n’importe où sur la planète, euh, pourquoi pas dans l’univers, comme c’est des dieux !

Souley est un jeune cuisinier togolais vivant à Bamako au Mali. Il y a six mois, une jeune Malienne, bossant dans une grande banque de la place, lui a attrapé le cœur, c’est-à-dire lui a mordu dans l’âme, lui coupé le sommeil, pour tout dire clairement. Souley prétend être tombé amoureux de la jeune banquière. Mais la maladie d’amour, même si elle court dans le cœur de tous les enfants de sept à soixante-dix-sept ans, ne relie pas, ne relie plus des cœurs de différentes classes sociales. Tout se calcule maintenant, même si le cœur, dit-on, a ses raisons que la raison ne connaît point.

Souley est incapable de séduire la jeune banquière, il le sait bien. Que peut-il lui dire, lui donner, lui promettre, bon Dieu ! Son incapacité devant la situation le guida vers le recours que trouvent toujours les Africains devant les situations compliquées, les gris-gris. Un tour chez un charlatan togolais installé à Bamako. Le remède est simple, et tous les jeunes Togolais le connaissent, l’ayant au moins une fois pratiqué surtout durant leur enfance. Une tête de margouillat séchée, puis écrasée, et la poudre versée dans une petite boîte de parfum. Suivre la fille convoitée et en verser une petite quantité dans son urine. Tu parles, mon vieux, et la nana te suit comme hypnotisée !

Voici six mois que Souley a consulté son charlatan et préparé le remède, mais il n’a pas encore, même en rêve, eu l’occasion de sentir le parfum de la jeune banquière. Le problème ? Il n’a pas, encore, pu verser la poudre dans l’urine de la nana ! Simplement parce que les Bamakoises ne tripotent pas leurs culs dans la rue pour faire pipi. Le Mali, contrairement au Togo où les filles urinent peinardes dans la rue, est un pays à forte majorité musulmane et ces histoires de cul – surtout de femme – qu’on montre en public, ça n’existe pas, du moins au vu et au su de tous !

Le Souley suit donc la nana, son obsession, à l’insu de cette dernière, tous les matins jusqu’à son lieu de travail, la guette pendant toute la journée, la suit de nouveau le soir dans toute la ville dans ses courses de jeune fille, passe une bonne partie de la nuit tapi dans l’ombre derrière la maison de la gonzesse… juste pour la voir uriner, juste une goutte, pour appliquer le remède et l’envoûter !

Au Togo, son cher gri-gri aurait depuis fort longtemps accompli sa mission, comme là-bas, même les femmes et les maîtresses du président de la République n’hésiteraient même pas, pour une seule seconde, à sortir de leur 4X4, écarter leurs cuisses, et arroser tout ce qui a le malheur de passer dans ce rayon de leur déluge d’urine. Mais à quelques deux mille kilomètres, au Mali, eh bien, ce vilain incompétent gri-gri risque de moisir d’oisiveté dans sa poche, aucune Malienne, même très petite, n’ouvrant ses deux battants dans la rue pour faire pipi !

4 réflexions au sujet de « Urinez, madame, on vous suit ! »

  1. It’s so hard to get backlinks these days, honestly i need a backlink by comments on your blog / forums or guestbook to make my website appear in search engine. I am getting desperate Now! I know you’ll laugh while reading this comment !!! Here is my website penis enlargement I know my comments do not relate to the topic, but PLEASE HELP ME!! APPROVING MY COMMENT!
    Regards: PoormanBH2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *