Je suis si impur, et j’aime la tomate

 

Cette imbécile de tomate qui loue Jésus!

Sur un vol de la compagnie Royal Air Maroc entre Casablanca et Bamako le 29 juin passé, j’ai eu un voisin bizarre. Bizarre par la spontanéité avec laquelle il a sauté sur moi, une fois que j’ai sorti le livre que je venais d’entamer à l’aéroport de Casablanca, Vie et Enseignement de Tierno Bokar de l’écrivain, historien et philosophe malien Amadou Hampaté Bâ. Avec un émerveillement indescriptible dans les yeux, il m’a demandé la librairie dans laquelle je m’étais procuré ce livre, cela faisait maintenant des années qu’il le cherchait sans avoir réussi à le trouver dans les librairies africaines, si je m’intéressais à cet écrivain, si je pouvais lui passer le livre dès que je l’aurais fini à Bamako.  Bizarre, cet enthousiasme pour un livre sous nos cieux.

Vivant dans un environnement où très peu s’intéressent à ma passion, la littérature, les rares rencontres avec ces hommes qui aiment les livres ont toujours été pour moi de forts moments de joie durant lesquels je partage sans parcimonie mes expériences sur tous les auteurs que j’ai lus et connus depuis mes premières années de lecture. Mon voisin, malgré son profil de gestionnaire, était un véritable mordu de la chose littéraire, surtout de la littérature négro-africaine dont il décortiquait avec précision les différents auteurs que nous avons durant notre discussion abordés, comme s’il était le spécialiste de chacun d’eux. D’Amadou Hampâté Bâ, l’instigateur de la discussion, nous avons tour à tour parlé d’Ahmadou Kourouma, de Sony Labou Tansi, d’Emmanuel Dongala, de Mongo Beti, De Fatou Diome, de Léonora Miano, du Togolais Sami Tchak, d’Alain Mabanckou… Il avait, m’a-t-il dit, depuis les cours primaires, rêvé d’étudier les lettres à l’université et devenir professeur et écrivain, mais n’avait pas pu réaliser ce rêve parce que son père, ingénieur, avait exigé qu’il étudie quelque chose de plus sérieux, de plus normal, de plus raisonnable, la littérature, ça fait trop aléatoire et ne nourrit surtout pas son homme, avait avancé son père. Nous avons ri aux éclats.

A l’heure de la collation, après presque deux heures de vol, il choisit le poisson et me proposa, m’exigea plutôt de faire comme lui. Il ne prenait plus du poulet à bord des avions parce qu’on lui avait soufflé que certaines compagnies aériennes distribuent de la viande de porc au lieu du poulet, qu’il ne prenait d’ailleurs plus Air France durant ses voyages à cause du vin qu’ils distribuent à bord, que ce n’était pas normal que ces Occidentaux prennent ainsi tout à la légère, tout le monde n’a quand même pas le droit d’être aussi souillé comme eux au point de consommer du porc et boire du vin, qu’en France les Français osent même présenter comme viande hallal des animaux non tués selon les rites islamiques… ses yeux brillaient presque de rage. Je lui fis savoir, en choisissant mon plat de poulet, que cela m’était égal, comme je suis un gros mangeur de porc, un héritage que m’a transmis mon père, que pour moi consommer de la viande de porc à la place du poulet était une question de bonnet blanc et blanc bonnet, que personnellement j’aurais d’ailleurs préféré qu’au poisson et au poulet les compagnies aériennes ajoutent des plats de porc à bord. Le repas se passa en silence, comme on nous l’a toujours répété depuis l’enfance, on ne bavarde pas en mangeant.

Après une demi-heure, quelques minutes après le repas, je cherchai à relancer la discussion, celle sur la littérature bien sûr, en lui demandant ce qu’il pensait de la délocalisation des écrivains d’origine africaine en France, mais pour toute réponse, il m’envoya des gutturaux que je n’arrivai pas à déchiffrer. Il digérait peut-être toujours son plat de poisson, me suis-je dit. Après une heure, quelques minutes avant l’atterrissage, je lui demandai comment il expliquait la quasi-absence des voix féminines dans notre littérature, alors que la parité entre les filles et les garçons semble plus ou moins s’équilibrer dans les études supérieures, surtout dans les facultés ayant trait aux lettres. Il grogna, et je ne le compris pas. Il était fatigué. Dans la hall de l’aéroport de Bamako où nous attendions dans une longue queue les formalités, je lui demandai de me donner son numéro de téléphone pour lui passer mon livre une fois ma lecture achevée, et même le premier tome des mémoires de l’auteur malien sorti chez Actes Sud en France et que je venais de commander. Il me fit savoir, tout en me regardant comme une poule qui regarde seize heures – l’expression est traduite de l’éwé ma langue maternelle, qu’il commanderait les livres lui-même, qu’il ne pouvait pas me donner un numéro fixe à Bamako, comme il voyageait beaucoup et ne restait jamais sur place pendant longtemps. Il avait peut-être déjà oublié qu’il venait de me dire dans l’avion, quand il était encore enthousiasmé à parler littérature avec moi, me prenant pour une personne normale, c’est-à-dire qui ne mange pas du porc, il avait donc oublié qu’il venait juste de me dire qu’il était gestionnaire de compte dans une banque bamakoise, qu’il avait voyagé juste pour un mois pour un séminaire en France, qu’il serait ravi que je lui amène le livre chez lui au bureau une fois que je l’aurais fini. Tant pis, mon vieux, surtout que je n’aime pas prêter des livres.

Une heure après, arrivé chez moi, pour rattraper les informations maliennes que j’ai presque manquées durant une semaine, j’appris par un site d’informations malien que des arbres miraculeux ont été découverts dans un coin du Mali, des arbres dont les racines ont écrit le nom du prophète Mahomet et dessiné l’Afrique – je ne savais pas que nous avons des arbres Léonard de Vinci en Afrique, ce qui signifierait que Mahomet délivrera bientôt l’Afrique, le Mali surtout, de toutes ses souffrances, hein, certains Maliens même ayant mangé l’écorce de ces arbres en murmurant leurs vœux, qu’une musulmane aurait vu en rêve le prophète Mahomet lui dire de dire aux musulmans de ne plus consommer de la tomate parce que coupée en deux la tomate montre une croix, loue Jésus donc, que des islamistes du Nord du Mali, au nom de l’islam, de Mahomet donc, ont détruit des mausolées, fouetté deux jeunes Maliens du Nord surpris en plein acte de fornication avant de les marier sur-le-champ – sans dot donc, là je suis partant…

J’ai éteint mon ordinateur. Confus. Entre ceux qui fouettent et tuent au nom de Mahomet et de l’islam, ceux qui terrorisent les femmes, les voilent par la force et les violent au nom de Mahomet et de l’islam, ceux qui découvrent des arbres dessinateurs et interprètent leurs dessins au nom de Mahomet et de l’islam, ceux qui mettent en garde contre le crime d’apostasie de la tomate, la sacrée prétentieuse tomate qui loue Jésus, au nom de Mahomet de l’islam, entre tous ceux-là et mon voisin d’avion qui m’a mis sur sa liste noire parce que je suis un bouffeur de porc, je ne vois pas trop de différences.

Si j’ai un conseil personnel à donner à Mahomet, c’est de chercher, avant de sauver l’Afrique, à sauver sa religion. Parce que l’islam est franchement en train de devenir une bouillabaisse, un fourre-tout incommode par lequel se justifient tous les plus gros fanatiques, brigands, criminels, intolérants et imbéciles de la terre. Je ne sais pas si mon voisin d’avion était un musulman ou un islamiste, mais là, je ne sais pas non plus si je réussirai toujours désormais à faire la différence entre les deux.

L’arbre de la renaissance africaine aux racines dessinant l’Afrique

 

21 réflexions au sujet de « Je suis si impur, et j’aime la tomate »

  1. Hum, je voulais rire, mais au fond il y’a pas de quoi en rire. Je pense à mon humble avis que ton conseil doit s’adresser à tout ceux qui se servent de Mahomet et son Islam pour commettre des actes les plus ignobles qu ‘intrépides. Je connais pas un pitre passage du Coran, mais j’ai comme l’impression qu’il y est dit que tuer et s’adonner à toute pratique malsaine sont des actes salutaires…Alors je me demande, où va finalement sur cette terre qui nous sert de demeure quoi que passager ????

    1. Ma chère Nanyette, je crois que notre terre va en enfer, qui sait? Ca fait peur mais, à l’allure où nous continuons à consommer de la tomate qui loue Jésus, je pense que c’est l’enfer direct ou nulle part.
      Amitiés

  2. J’ai lu l’article avec beaucoup d’intérêt. Je vous rejoins complètement dans la dénonciation des extrémistes qui vont jusqu’à voir des signes religieux dans la nourriture. Par contre, la conclusion me révolte au plus haut point: c’est le même argumentaire utilisé par l’extrême droite (voire la droite tout court) partout en Europe, qui consiste, en gros, à dire: « il y a des musulmans rigoristes. Regardez ce qu’est devenu l’Islam, c’est vraiment n’importe quoi ». Comme si certains individus étaient représentatifs de toute une religion ! Il y a des extrémistes en Islam, vrai. Mais aussi dans le judaïsme et le christianisme… Certaines idéologies politiques ont aussi amené à des atrocités. Pourtant, on ne met pas tout ça aux oubliettes.
    Tout ça pour dire: on peut rejeter certaines pratiques et interprétations d’une religion, qui dépendent entièrement des individus. Rejeter une religion en bloc, ça ne mène nulle part… Sauf à attiser la haine.

    1. Cher Terfele, merci de la contribution.
      En fait je suis d’accord avec tout ce que tu dis, mais le problème aujourd’hui est que l’extrémisme de certains musulmans dits normaux commence à amincir les barrières entre islam et islamisme, musulmans et islamistes, et cela, c’est aux musulmans dits normaux d’y trouver des solutions, pour sauver leur relifgion, c’est le but de cet article.
      Merci et bienvenue dans mon monde.

  3. J’y étais, de passage comme presque toujours quand j’ai envie de lire quelque chose de bien, pauvre amoureux des belles lettres que je suis, je m’y suis arrêté pour lire juste une ligne puis deux, trois puis quatre, cinq…et enfin tout le texte.C’est mon caractère d’ivoirien qui n’aime que ce qui est bon qui me perdra surtout quand je suis pauvre et très endetté et que je fête ça comme le Togolais célèbre son indépendance!
    La vérité peut se dire différemment avec des mots choisis différemment, mais elle reste la même: têtue et inébranlable…..En attendant l’arrivé de Godot, sinon de Jesus, les chrétiens devront consommer de la tomate et les musulsmans du poisson…Sauf que tous les deux disposent d’extrémistes, qu’il ne faut pas nier…et qu’il faut parfois souligner surtout dans un bel article comme celui-ci
    Amitiés!

    1. Salut, cher Emile
      Merci de ta réponse. En fait je n’aime pas trop qu’on parle de christianisme chaque fois qu’on parle d’islam, n’essayons pas d’opposer ou même de comparer ces deux religions. Les deux ont leurs vices et vertus, leurs forces et faiblesses… Mon article parle de l’islam, et le christianisme n’a normalement rien à faire dedans, tout comme les autres religions. De même chaque fois que j’attaque le christianisme, je ne pense même pas à l’islam. Je pense que c’est plus simple ainsi.
      Amitiés

  4. Davidééééé! Il Faudra qu’on décore ta maman chaque année, elle a fait du très bon boulot. Tu es vraiment garçon comme on le dit en Cote d’ivoire. Cette force que tu as de dire ce que tout le monde a peur de dire, ton extrême jeunesse aidant. Fais surtout attention à toi, ils sont dangereux!

    1. Hé hé, Elomvi, je kiffe ton atalakou! Malheureusement que t’es pas une nana, parce que je préfère quand les nanas me disent des trucs de ce genre! Mais j’aime hein!
      Amitiés

  5. lorsqu’on parle d’extrémistes musulmans, il est bon de préciser qu’on oublie pas qu’il en existe dans toutes les religions, mais toujours est-il que ceux qui terrorisent le monde actuellement sont les islamistes, alors quand on fait une réflexion, c’est par rapport à notre époque, à notre temps. moi par exemple, je suis une camerounaise vivant en Algérie, je ne peux pas compter le nombre de fois que l’on m’a demandé si j’étais musulman ou chrétienne, au cas où je réponds chrétienne, l’on m’informe que je n’irais pas au paradis! pourtant je viens du cameroun où tu n’entendras jamais personne te poser une telle question, avec toutes les religions qui s’y trouvent, on se fiche pas mal de connaître ta religion, ou tes goûts culinaires, c’est l’être qui nous intéresse!

    1. Du courage surtout, chère Sonia, je sais ce que ca donne, être chrétien là où tu vis, mais sache que les bons musulmans ne jugent jamais les autres à travers la religion. Sache donc choisir ceux que tu fréquentes.
      Amitiés.

  6. La tomate est pas interdit dans l’Islam et si vous voulez savoir sur l’Islam, il définit à partir des sources correctes. Quant à ce qui est publié dans l’image est un mythe et quelque chose de drôle

    الطماطم ليس حراما في الإسلام وإذا أردت أن تعرف عن الإسلام فتعرف عليه من
    مصادره الصحيحة . أما ماهو منشور في الصورة فهو خرافة وشيء مضحك

    1. Merci, cher Adyl, pour cette précision. Et je pense que c’est maintenant le travail de tout bon musulman, éclairer nous autres profanes sr ce que le coran a dit et n’a pas dit. Ne laissons pas les islamistes, pour des intérêts personnels, empoisonner la terre!
      Amitiés

  7. Ben moi, je suis carrément la chouchoute de ce cher prophète, j’ai nommé l’infortuné Mohamed ou Mahomet(qui àmon avis, aurait du garder pour lui ce que Gabriel lui a dit, ou vérifier le tout avant!Quoi qu’il en soit, lorsque je laisse pousser mes poils de pubis, ils dessinent parfaitement l’Afrique! Sisi, avec la pointe vers le bas, mais de traviole! (certainement à cause de ma cicatrice de césarienne!)

  8. Salut David,
    Sans exagérer,tu fais la fierté de toute l’Afrique Noire. Tes écrits montrent clairement que ce n’est point le manque de  »têtes » qui fait le malheur de notre beau pays le Gogo, Or de l’Humanité.
    Tu me redonne la profonde envie de lire les ouvrages français,habitude que j’ai perdu depuis longtemps. Tes écrits sont si inspirés! Tu fais vraiment honneur a nous Jeunes Togolais.
    Prends bien soin de toi,nous aurons bientôt besoin de toi. Courage!
    Vikos.

  9. Décidément la bêtise, la connerie, l’imbécilité de ces fous de Allah n’arrête pas de nous surprendre… Ils en arrivent à faire croire n’importe quoi aux gens qui sont un peu simple d’esprit… On peut imaginer la suite en cas de conflit… Qui va éradiquer ces « connards » de la création !?
    Que ce soit Dieu, Allah ou que sais-je, il devait être « malade » le jour où il a créé ces imbéciles…
    Faudrait inculquer dans leur cervelle atrophiée que le sexe de la femme c’est l’enfer car SATAN l’habite… Ils arrêteraient ainsi de se reproduire et de disséminer des âneries sur la planète déjà bien entamée par la bêtise humaine… La religion opium du peuple, qui le mène à sa décadence par des préceptes qui datent de l’antéchrist ou l’antéprophète et qui n’a amené que guerres, famines, destructions, massacrent, pogroms et autres plaies à l’humanité, aussi loin qu’on puisse remonter… Tous massacrent allègrement au nom de leur dieu, comme si le créateur, quel qu’il soit, s’était dédoublé, triplé, quadruplé pour que chacun y trouve son compte afin de mieux occire son voisin humain qui lui ne pense pas comme lui.
    Le concombre, le cornichon devraient être déclarés impurs, la fève aussi, ainsi que les figues et l’abricot aussi… Bref, qui arrivera à faire comprendre à ces gens que la vie est belle et qu’il suffit de regarder la nature autour de nous pour s’en convaincre… Que leur malheur vient uniquement des « salopards humains » – dictateurs, tortionnaires, affameurs, profiteurs, qui les maintiennent dans un esclavage et qui se nourrissent de leur travail… Nul besoin de chercher un sauveur hypothétique… SATAN est là parmi eux et a figure humaine, c’est lui qu’il faut éradiquer et foutre la paix à la nature et aux tomates qui ont cependant la couleur du sang, celui versé par les millions de paysans qui se crèvent la paillasse dans les pays africains pour nourrir ces « pourris » de la Terre…
    Pas besoin de religion pour ouvrir les yeux (quand on n’est pas trop con)et voir qui est la cause de votre malheur… Aide toi et le ciel t’aidera… Toute la planète est sous le joug de fous fanatiques de Dieu ou Allah et il en faudrait pas beaucoup pour revoir l’INquisition pointer son nom… Vivez votre vie et si vous croyez en un créateur, vivez votre foi pour vous, sans infliger vos états d’âme (ou d’âne) à ceux qui n’ont qu’une religion, la vie et le respect d’autrui (tant qu’on le respecte lui, je ne suis pas partisan de tendre l’autre joue)… A la grâce Dieu, Inch Allah, Boudha, Jéhovah et que sais-je encore !? S’ils nous regardent tant soit un peu, ils doivent se dire que leur création n’est pas une réussite au regard de tout ce qui se passe sur la planète…Alors, frères humains, de toute race, de tous les pays, unissez vous, unissez vous contre le mal qui est sous vos yeux et ouevrons pour un monde meilleur où chacun trouvera sa place dans le respect commun, et hors toute religion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *