Ce n’est pas par l’odeur du pet qu’on reconnaît un vieux (deuxième partie)

Homme âgé d'Afrique (Crédit image: www.festival-alimenterre.org)
Homme âgé d’Afrique (Crédit image: www.festival-alimenterre.org)

 

Matou, alias « Espace Schengen »

Astafourlaï ! Qu’Allah, Dieu du Pardon, nous pardonne d’avoir commis une grande injustice vis-à-vis d’un de Ses fils, et pas des moindres, Kader Konaté, en présentant, jusqu’ici, ce dernier comme agent de pointage à la Direction des Impôts du Mali. Non, voici dix ans maintenant que, honteux devant son titre officiel d’agent de pointage, Kader Konaté s’est fait établir une carte de visite où il s’est changé de titre. La carte mentionne : « Kader Konaté, Inspecteur des Impôts de classe exceptionnelle ». Et cette carte, il la distribue partout, sauf dans son service où il est resté, sur les papiers officiels et sur la langue de ses collègues, un subalterne agent de pointage. 

 

Le dicton éwé le dit si bien : « On ne tue pas une poule sans lui avoir donné une gorgée d’eau ». Avant que ce périple ne lui devienne de la merde de caméléon sous les pieds, concédons à K2 son titre si désiré d’inspecteur des impôts de classe exceptionnelle. Il gagne 600 mille francs par mois (le double du salaire officiel d’un vrai inspecteur des impôts), il dispose, depuis 5 ans, d’un beau bureau (qui lui a été offert suite à la mort d’un cadre de son service, que beaucoup de ses collègues l’avaient accusé d’avoir marabouté pour prendre sa place), il a deux voitures aussi belles que celles des vrais inspecteurs des impôts, s’est construit trois maisons plus grandes que celles des vrais inspecteurs des impôts, s’est fait établir plusieurs cachets d’inspecteur des impôts avec lesquels il signe les documents de ses « affaires »… Eh bien, que lui manque-t-il, alors, que lui manque-t-il, à K2, pour que vous l’appeliez « Inspecteur Konaté », tas de mécréants ?

Comme tout bon malien, l’inspecteur Konaté est islamo-animiste. Il honore ses cinq prières tous les jours, fait l’aumône, va à la mosquée tous les vendredis en boubou blanc, observe le jeûne du ramadan (même s’il lui arrive, certains jours de carême du mois de ramadan, d’aller clandestinement dans un quartier de Bamako très éloigné du sien, manger, en pleine journée, un petit, un tout petit plat de riz pour tromper son ulcère), prévoit d’aller à la Mecque (vous êtes témoins, il changera son titre sur sa carte de visite une fois de retour de la Mecque, il deviendra « El Hadj Inspecteur Konaté »)…

Il pratique l’islam comme exigé par le Prophète, mais ne se gêne pas du tout d’aller, de temps en temps, au village faire des cérémonies à ses petits fétiches familiaux en argile, ou consulter un marabout ou féticheur adroit pour éliminer ou paralyser un imprudent qui ose lui barrer la route dans « ses affaires » pépères. « Qui ne consulte pas de marabout ou de féticheur dans ce Mali, hein, qui n’envoûte pas qui dans ce pays ? Nous sommes des Africains, et ce n’est pas parce que ces gros porcs violents d’Arabes nous ont imposé leur religion que nous allons laisser les pratiques de nos pères… » se justifie-t-il quand il écoute des langues pendantes critiquer dans son dos ses pratiques fétichistes.

Officiellement, devant les autorités maliennes, devant Allah et devant les hommes, l’Inspecteur Konaté est marié, à la mosquée et à la mairie, à trois femmes. Les deux premières, Salimata et Mariam, sont déjà trop vieilles, ayant respectivement dépassé la cinquantaine et la quarantaine. Allah est grand, K2 leur a fait le plus grand honneur qu’on puisse faire à une femme au foyer, en leur offrant, chacune, cinq enfants ayant pour mission de les occuper dans leurs oisivetés de ménagères analphabètes. En bon mari, en bon musulman, l’inspecteur Konaté ne les a pas délaissées, les encombrantes vieilleries, comme le font beaucoup de ses compères polygames. Il leur rend, chacune, visite une fois dans la semaine, ose de temps en temps la gentillesse de leur donner « le prix des condiments », s’efforçant même de manger les plats fades, sentant la morve et la pisse d’enfants, qu’elles lui préparent.

Ouleymatou, « Matou » pour les pointeurs et associés, 20 ans, est la troisième femme de K2, et c’est elle seule qui habite avec lui, loin des deux vieux bibelots. L’inspecteur Konaté l’a épousée, la Matou, il y a juste deux ans, alors que cette dernière végétait encore sur les bancs du collège, ses parents n’ayant trouvé pour moyen de l’aider à faire quelque chose de réussi de sa vie que la marier à un homme de cinquante ans son aîné. Si Matou, qui avait mal digéré son mariage avec pépé Konaté, s’est laissée faire durant les six premiers mois de sa cession à l’Inspecteur des impôts, elle changea carrément, se révolta une fois qu’elle mit pied au lycée et rencontra de petits lycéens de son âge, solides, frais, durs partout (même sans démarreur chinois) qui lui faisaient la cour à longueur de journée, lui récitant des sérénades à l’eau de rose propres à séduire toute fille de 20 ans. Matou décida de se venger de son mariage trop précoce. Elle a commencé à se dévergonder partout. Et elle le fait tellement bien, au vu et au su de tous, que dans son sillage on l’a affublée du surnom « Espace Schengen », son territoire ouvert, large, acceptant toutes les avances de toute la racaille dragueuse avec ou sans-papiers venue de toutes les termitières, de tous les caniveaux, de tous les dépotoirs de Bamako.

A suivre…

8 réflexions au sujet de « Ce n’est pas par l’odeur du pet qu’on reconnaît un vieux (deuxième partie) »

  1. David « même sans démarreur chinois »?
    Durs partout? Vraiment partout?
    « Espace Schengen »?
    Que des images, que des vérités à faire souffrir(mourir de rage) un boko haram en « bandage ». Je ne suis plus pressé du tout! Il faut que j’arrive à lire tous les mots qui dénoncent les uns après les autres nos maux. La suite je viendrai ici quand j’aurai fini de rire seul, en groupe de cet second jet la lire.
    Bravo David…

  2. Trop cool, là j n pe m’empêcher de rire et montrer mes « 42 dents »,les clients et mes collègues ne comprennent pas ce qui ce passe . Stp la suite vite vite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *