Votre billet d’identité, c’est la patrouille !

Étiquettes
16 août 2011

Votre billet d’identité, c’est la patrouille !

Halte, c'est la police

Dans certaines capitales africaines, le plus grand malheur qui puisse arriver à un homme est d’être arrêté la nuit par des flics. Les patrouilles, qui ont pour seul objectif le maintien de la sécurité dans les villes durant une heure avancée de la nuit, sont désormais devenues pour certains de nos policiers un moyen par excellence pour se venger, un exutoire pour déverser sur de pauvres citoyens imprudents leur trop grande frustration due généralement à des salaires médiocres, des traitements humiliants, des railleries de partout… la marginalisation.

Les oiseaux de nuit du Togo connaissent la formule « Si tu veux avoir un avant-goût de l’enfer, fais-toi arrêter la nuit par les patrouillards ».

Certains policiers des nuits africaines sont prêts à tout pour martyriser tous ceux qui ne leur glissent pas des braises. Eh oui, les braises, voilà tout le nœud du problème. Elles remplacent les cartes nationales d’identité. Etre en infraction devant la patrouille des nuits africaines, devant ces policiers maffieux, ce n’est pas sortir sans carte d’identité mais sans billets de banque, les vraies cartes d’identité, comme on les appelle à Lomé. On peut circuler sans carte d’identité dans tous les coins et recoins des villes africaines, porter en bandoulière toutes les armes les plus sophistiquées qu’a pu produire la technologie, sans être le moins du monde inquiété par la patrouille de ces policiers à deux balles une fois qu’on a des billets de banque pour se justifier.

Les noctambules connaissent la scène par cœur. Un groupe lugubre de formes noires. Une torche braquée sur vous, vous stipulant de vous arrêter, des hommes en noir – noircis jusqu’à la cervelle par leur uniforme et leur misère notoire – qui vous entourent, vous demandant de présenter votre carte nationale d’identité. Malheur à vous, crime de lèse-flic quand vous osez sortir une vulgaire carte qui vous a été délivrée par un vulgaire commissaire de police dans un vulgaire commissariat de police relatant toutes vos coordonnées ! Les patrouillards s’en moquent comme une pute à succès de Dieu et du paradis. Le bidasse ne vit pas d’amour et de carte d’identité, formule à noter dans vos agendas, les enfants. Votre carte nationale d’identité, c’est-à-dire celle qui vous a été délivrée par le commissariat, est la dernière chose que vous devez présenter quand ces patrouillards sans lois réclament votre carte d’identité. Au cas contraire, c’est des pièces bizarres qu’on vous demandera de présenter : votre certificat de résidence, votre casier judiciaire, votre certificat de baptême, votre carte d’électeur… pourquoi pas votre acte de décès ! Sortez tranquillement un billet de mille francs ou de deux mille francs – parce qu’avec les nouveaux formats de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, il n’y a plus de billet de cinq cents francs alors que le bidasse de nuit, ça ne prend pas de pièce – et dites doucement en le glissant dans une main qui vous caresse presque la cuisse « Excusez-moi, monsieur, c’est juste pour faire un tour, j’ai oublié ma carte à la maison. » En fait, tout cela vous le dites juste par courtoisie et par respect pour le képi parce que le billet glissé dans la main obscure qui vous caresse la cuisse vous a déjà libéré. C’est votre carte d’identité, la vraie, avec laquelle vous devez circuler la nuit.

Le cauchemar, c’est quand vous n’avez rien à glisser dans la main rugueuse et obscure qui vous caresse la cuisse. Le képi, déjà blessé jusqu’aux confins de son amour-propre de bidasse, trouvera un moyen pour vous accuser d’un refus d’obtempérer, pour alourdir votre infraction. Vous êtes grondé, torturé, humilié, matraqué, vilipendé, bazardé… Que voulez-vous, espèces d’impitoyables ingrats, que le bidasse bouffe quand l’Etat ne paie pas bien, hein ! Vous êtes immédiatement embarqué et emmené dans un commissariat de police où vous êtes détenu jusqu’au petit matin parmi des brigands, des pédophiles, des criminels, des détenus politiques, des drogués… On vous libère après vous avoir fait labourer une parcelle ou nettoyer toutes les toilettes du commissariat.

Pour certaines filles, le supplice est des fois moins pénible, surtout devant des képis tendus en bas par ces nuits froides d’Afrique. Une petite partie de jambe en l’air, des fois en debout-tiré à la va-vite, histoire de permettre au flic de tester sa virilité, par ces temps-ci où les faiblesses sexuelles ne crient plus gare avant de vous refroidir. C’est pas du viol, bande de diffamateurs ! Que voulez-vous donc que fasse le patrouillard quand il est contraint d’errer la nuit comme un chien galeux quand tous les maris, les vrais, sont en train de visiter à satiété les septième et huitième cieux en compagnie de leurs femmes, hein !

Et loin, des fois même près, quand nos chers patrouillards se livrent à ces ignobles bassesses sur d’imprudents citoyens, les brigands, oubliés, vaquent tout tranquillement à leurs sombres occupations nocturnes. Au petit matin, on remarque une banque braquée ou un citoyen lâchement assassiné. La police s’y présente, en prenant ses grands airs devant des spectateurs horrifiés. Elle fait des constats, la police, prend des photos, retourne au commissariat pour des enquêtes… futures. En attendant, le temps presse, il y a des manifestations de l’opposition à gazer en mode lacrymogène, de petits taximen à arrêter dans les rues et à dépouiller de leur pénible pécule, avant d’aller se saouler dans les cabarets ou aller miser sur des chevaux dans des kiosques de tiercé.

 

Partagez

Commentaires

Kpelly
Répondre

It's on!

René Jackson Nkowa
Répondre

Kpelly, tu veux qu'on dise quoi? C'est comme ça partout. Quand tu n'as pas un billet, on te jette dans un "sans payer" et on t'amène au "Kosovo". On te malmène comme un chien jusqu'à ce que ta famille vienne payer les 15 ou 20 mille francs réclamés pour ta libération.

Pfff! Pays corrompus.

Kpelly
Répondre

Ah, mon fils, vous souffrez aussi de cela au Kamer! Tu vois pourquoi je t'ai toujours défendu de sortir mendier la nuit? Parce que si ces chiens méchants t'attrapent, eh bien, tu es foutu, parce que papa ne va venir rien payer pour qu'on te libère. Mais comme tu es un fils qui me coûte cher, tu es d'ailleurs le plus aimé de mes fils, je vais leur demander, à tes tontons patrouillards, de te garder en sécurité auprès d'eux. Ca te donne une sueur froide?

Yvonne
Répondre

Heeeuuuuuuuuum! Tu faisais quoi dans la nuit pour que la police t'arrête, hein, bb? Parce que si t'en parles c'est que tu en sais quelque chose. C'est ce qui arrive quand on vadrouille dans la nuit comme un chien errant, derrière des... Tu vois? Tu suivais encore quelle fille, lui racontant tes blagues à deux balles-là, pour que la police t'arrête, hein? Hi hi hi, c'est une expérience, cela t'apprendra à te caser chez toi avec ta grosse tête là. Ppouaah!Tu reviens quand pour les vacances? On est déjà en août!!!

Kpelly
Répondre

Yvonne, c'est à cause des gens comme toi que je n'évolue pas. C'est à cause de toi que Faure Gnassingbé a pu arriver au pouvoir, qu'il arrive à vivoter dans la lâcheté et la peur, qu'il ne dégage pas malgré les "Faure dégage que nous lui crions tous les jours". Ma petite Yvonnette chérie, comment peux-tu aimer que la police me prenne, hein? Et puis qui t'as dit que je suivais une nana quand la police m'avait arrêté, hein? Je revenais plutôt d'une veillée de prière. Tu vois donc que ces patrouillards ont péché en me gnouffant non? Attraper un honnête citoyen revenant d'une veillée de prière où il était partie prier pour que son président crève comme un chien. La honte à ces patrouillars sans lois.
Mon retour à Lomé? Huuum, je reviendrai quand même, je reviendrai avant octobre. Continue toujours à te préparer.

Aliou Ly
Répondre

Bel article, et surtout plein d'humour. Les policiers ne peuvent pas nier. Un blog méritant. Félicitations.

Hervé D
Répondre

Cher LY, si c'est l'humour que tu aimes, tu en mourras sur ce blog, l'auteur de ce blog est un dieu de l'humour, un prophète de la dérision, et surtout un adepte du beau style, quoique trop violent et extravagant des fois.

Kpelly
Répondre

Merci, mes enfants, pour les compliments, mais aussi les remarques. Cela m'encourage et me corrige. Marrez-vous, vous en avez le droit.
Amitiés

Matthieu Wo'mase
Répondre

Eh bien tu veux quoi mon frère ainsi sera le monde avec la corruption et la tricherie si nous ne revenons pas au créateur et chercher à faire sa volonté révéler dans les écritures saintes