Le vieux cocu dans le soutif de son détective

11 novembre 2012

Le vieux cocu dans le soutif de son détective

 

 

 

Crédit image: www.humour-blog.com

« Je suis dans la joie, une joie immense, je suis dans l’émotion, car Yahvé m’a libéré… Je suis dans la joie, une joie immense, je suis dans l’émotion, car le vieux m’a libéré … » Quoi, ce qui me donne cet air si joyeux d’une midinette qui vient de décrocher son premier baiser, hein. Eh bien, je suis un homme comblé, aussi comblé que Silvio Berlusconi dans le lit d’une tapineuse mineure. Visez mon degré d’excitation. La classe. Tout a commencé le lundi dernier, quand j’ai buté, en rentrant chez moi, sur un monsieur d’un âge avancé, la soixantaine, chétif, maladif, une mèche de cigarette entre les doigts, assis sur ma terrasse, l’air désespéré.

– Euh, dites-moi, monsieur, c’est vous qui habitez cet appartement, hein, c’est donc vous le Togolais, hein, eh bien, laissez-moi vous dire que…

Je m’étais arrêté net, croyant avoir une fois de plus affaire à un religieux voulant me faire un énième procès sur mes dernières sorties sur l’islam qui m’ont valu ces derniers temps des ennuis aussi innombrables que des contacts féminins dans l’agenda de Faure Gnassingbé. Je pris un air grave, et lui lançai en hurlant presque :

– Monsieur, écoutez, je vous demande de quitter sur-le-champ mon appartement ou j’appelle la police, parce que…

 – Pourquoi la police, hein, mon fils, pour commencer, il faut que je t’avoue que je connais très bien ton pays, le Togo, j’y ai passé plus de vingt ans comme commerçant au Grand-marché de Lomé, et tu sais, ce n’est pas maintenant où tu me vois si vieux, non, en ces temps j’étais un jeune homme, beau et présentable comme toi, je portais des jeans griffés et des tennis, je portais des paires de chaussures en cuir au bout pointu comme les tiennes, je faisais partie des premiers au Togo à avoir utilisé un téléphone portable, après votre ancien président, comment il s’appelle déjà, hein, celui qui est mort, euh… Faure Eyadema…

– Non, ce n’est pas Faure Eyadema qui est mort, c’est Gnassingbé Eyadema, Faure lui n’est toujours pas encore mort, avais-je rectifié.

– Voilà, Gnassingbé Eyadema, c’était son époque, et le Togo était encore mieux qu’aujourd’hui, le Grand-marché marchait très bien, pas aujourd’hui où ces Libanais escrocs-là qui sentent comme de l’urine de mouton pourrie ont envahi votre marché, où ces Nigérians voleurs-là ont transformé toutes les boutiques dans votre marché en coins de vente de drogue et de membres du corps humain, eh bien, tu sais que dans votre marché aujourd’hui des Nigérians vendent des têtes humaines, des bras humains, des pénis humains, des testicules humains, des clitoris humains, avec la complicité de certains de vos ministres, hein, je peux même te citer le nom de certains ministres de votre gouvernement actuel qui s’en vont acheter des clitoris tout frais chez ces dealers nigérians de votre marché, ils s’en servent pour faire des cérémonies pour pouvoir convaincre leurs auditeurs, je te jure au nom de Dieu, wallahi, je suis un musulman et que Dieu m’envoie au septième degré de l’enfer si je mens, que Dieu rende stériles toutes mes femmes si je te mens, tu sais, nous les musulmans…

Là, il fallait que je l’arrête. Musulmans, Islam, Mahomet… ces mots m’avaient causé trop de traumatismes les semaines précédentes. Il se ressaisit.

– Eh bien, mon fils, je te dis que j’avais trop d’argent au Togo en ces temps-là, j’avais de l’argent bien bon, trois maisons, deux voitures, je plaisais à beaucoup de femmes togolaises, à presque toutes les femmes togolaises, je suis sorti avec beaucoup de Togolaises, j’aurais même pu épouser une nommée Caroline si ce n’avait pas été sa jalousie, tu sais, la jalousie, c’est la deuxième maladie des Togolaises après la nymphomanie, moi qui te parle je…

– Monsieur, excusez-moi, je viens à peine de rentrer du boulot, je suis fatigué, s’il vous plaît, dites-moi sans détours pourquoi vous me cherchez.

– Eh bien, mon fils, tu sais, hein, c’est ma dernière femme, elle me trompe, wallahi, je te jure au nom d’Allah qu’elle me trompe avec un de vos frères togolais là-bas au Togo, chaque fois qu’elle part chercher ses marchandises à Lomé elle me trompe, alors qu’elle et moi nous avons deux enfants, tu imagines ça, hein, mon fils, voici deux mois qu’elle est rentrée de son dernier voyage de Lomé, et tu imagines que depuis tout ce temps-là elle et moi on n’a plus rien fait hein, wallahi, qu’Allah rende aveugle ma fille aînée si je te mens, chaque fois que je la touche la nuit elle me repousse, mais dis-moi si toi tu crois cela, une femme qui reste deux mois sans homme, et c’est ainsi que j’ai deviné qu’elle a eu sa dose à Lomé, je n’arrive pas à croire qu’elle me trompe, et pourtant, wallahi, faut pas faire, malgré mon âge je suis toujours très bien, très fort et très dur, mais vous les jeunes Togolais vous êtes comme vos filles, de véritables champions au lit, quel malheur que d’avoir un jeune rival togolais, hein, mais dis-moi, mon fils, il est finalement où, le respect des personnages âgées si vous vous permettez, vous les jeunes d’aujourd’hui, de nous arracher nos femmes, à nous vos pères, hein, je…

– Papa, coupai-je, partagé entre l’envie de pouffer de rire devant cette cocasserie qu’il racontait avec sa tête de clown, et le désir de le renvoyer, ne sachant le rôle que je devais jouer dans l’infidélité de sa femme, dites-moi, que voulez-vous que je fasse donc pour votre femme qui vous trompe avec un jeune Togolais, hein.

– Très bonne question, mon fils, elle va retourner au Togo la semaine prochaine et y rester pendant deux semaines pour l’achat de ses marchandises, et je veux t’engager pour que tu me la surveilles, à son insu, durant les deux semaines, que tu la suives partout où elle met le pied, que tu m’amènes les coordonnées et la photo de son amant, je t’en supplie, mon fils, fais-le-moi au nom d’Allah.

– Papa, fis-je en le regardant tristement, remarquant combien il souffrait, je voudrais bien vous aider mais le problème est que moi je travaille et je n’ai pas le temps, et puis aller à Lomé et y rester pendant deux semaines, ça fait beaucoup d’argent et…

– Non, non, non, mon fils, c’est moi qui t’envoie en mission, je te paie ton billet d’avion aller-retour, ton hébergement à l’hôtel pendant les deux semaines, tes frais de bouche, et des dédommagements pour ton temps que tu auras perdu.

Je lui demandai l’âge de sa femme. Vingt-quatre ans. Il était plus âgé qu’elle de trente-trois ans, l’avait épousée à dix-sept ans… Ce fut quand il sortit sa photo que je faillis m’évanouir sous le coup de l’étonnement. Une jeune et très belle fille que j’avais toujours vue dans le quartier dans une Toyota Dame, que je prenais pour une célibataire aisée, une de ces multiples filles à papa de mon quartier que j’ai toujours rêvé transformer en filles à David. Cette fille-là que je lorgnais depuis des mois était donc la femme de ce vieux monsieur ! Moi, engagé comme détective privé pour surveiller cette fille pendant deux semaines à Lomé, oh que le Seigneur sait si bien rassasier Ses fils de bonnes choses quand ces derniers s’y attendent le moins !

– Papa, j’ai réfléchi, et au nom d’Allah, j’irai surveiller votre femme à Lomé, je vous filerai toutes les informations sur son amant togolais, inch Allah.

Il se précipita sur moi « Qu’Allah te bénisse, mon fils, qu’Allah t’ouvre toutes les portes de la vie qui te feront du bien, je mettrai tout à ta disposition pour que tu fasses bien le travail », me fit-il en me serrant la main. « Qu’Allah te bénisse aussi, mon vieux cocu, qu’Allah m’ouvre toutes les parties du corps de ta femme qui feront du bien à ma libido de nouveau détective privé, je mettrai tout à sa disposition pour qu’elle ne soit plus obligée d’aller à Lomé pour te cocufier, deux pas chaque soir, et elle viendra prendre sa dose togolaise chez moi, conasse » ai-je pensé en le regardant me sourire, ressemblant à la vache du fromage La-vache-qui-rit.

 

 

Partagez

Commentaires

Kpelly
Répondre

It's on!

Kpelly
Répondre

Ah oui, Rita, toi qui disais que nous les hommes avons tout le temps, tu vois que nous ne sommes pas non plus à l'abri, hein.
Amitiés

Nany
Répondre

A malin, malin et demi...mais fait gaffe, car à chacun son tour chez le coiffeur...
je surkiffe te lire.
Bonne suite!

Kpelly
Répondre

Tout un plaisir, la Nanyette à moi. Comment va?

Kpelly
Répondre

Ah, la Nanyette, pour Yaoundé, t'inquiète, c'est pour très très bientôt, crois-moi. Tu sais que des fois l'attente vaut le coup, hein.
Amitiés

Ziad
Répondre

Quelle imagination David ! ;-)

Kpelly
Répondre

Je pense que c'est Mondoblog RFI et son supergentil animateur Ziad, supercool technicien Simon, supersympa encadreur Cédric qui me donnent cette imagination fertile. Votre équipe donne des ailes, Ziad, et on aime.
Amitiés.

Wilney
Répondre

Quel boulot David! Ay! Haïti est tellement loin du Togo!

Kpelly
Répondre

Ah oui, Haiti, mais dis-moi, t'as une infidèle pour moi à surveiller là-bas, hein? Je viens avec plaisir. Quand il faut jouer au détective, je n'ai plus de limites.
Amitiés

RitaFlower
Répondre

Ah oui David,je vois oh.Personne n'y échappe aux années qui passent hélas.Un détective très privé en tout cas qui offre des droles de services spéciaux à cette jeune femme mariée à un vieux.Transformer en filles à David,tu dis.Je les appelle les Kpelletes.Ca me plait bien ce joli nom.P.S.La photo qui illustre le texte est trop drole et résume très bien la situation.Sacré détective David,tu joins l'utile à l'agréable quoi.Sacré enqueteur!!

Kpelly
Répondre

Tout un plaisir, ma très chère Rita. Let's keep it!
Amitiés

RitaFlower
Répondre

@Josué,plaisanterie de très mauvais gout!sache que ce talent là est inné,compris. Commençons bien la semaine en nous marrant tous ensembles avec David sur ce texte oh.

Tony
Répondre

David, le vieux vient de me prendre comme contre-détective et j'arrive le mardi 20 novembre à Bamako pour te surveiller. Tu es averti! Amitiés!

Kpelly
Répondre

Écoute, Tony, tu sais que même si nous sommes des frères, y a des limites. Ne viens pas t'asseoir sur mon bonheur, on ne veut pas de détective à Bamako. Comme le dirait le vieux père Adzaho, édzo dzé dziwo, contre-détective.
Amitiés

Angèle Nyewou
Répondre

Hum, vraiment avec toi, je pense que je vais finalement manquer de mots pour te qualifier, pour te louer. Dave, dis-moi, qui 'es-tu? Tu nous tape dessus, nous les nanas, mais ça nous fait si marrer. Peut-être parce qu'on est trop folles folles de toi, et tes coups de macho nous font si bien!

Enyonam
Répondre

Dévé, encorééééééééééééé, toujours!

Kpelly
Répondre

Enyonam, c'est quoi cet atalakou avec lequel tu annonces ta présence dans mon monde, hein? De toute façon, j'adore ça. Bienvenue.
Amitiés

Rene Mouna
Répondre

Hahahahaaaaaaa, envoyer un loup à la bergerie!?! Vraiment le vieux père.

Marrant en tout cas.

Kpelly
Répondre

Oh, la chère Mounette, le loup peut des fois aller à la bergerie juste pour surveiller les moutons contre d'autres loups. Ne vendons pas encore la peau du loup Dévé sans lavoir envoyé en mission de surveillance à Lomé. Wait and see donc.
Amitiés à toi.

Aphtal CISSE
Répondre

Au nom d'Allah, j'ai aimé celui-ci! Mais oh, "tu ne convoiteras point la femme de ton prochain", paroles du Seigneur, vu que tu as cité Adjaho...
Cordialement, Aphtal

Kpelly
Répondre

Oh, mon cher Aphtal, seulement le Seigneur n'a pas précisé ce qu'on doit faire quand le prochain vient te demander de lui surveiller sa femme. Faudra que tu m'éclaires là, mon cher.
Amitiés

Enyonam
Répondre

Je suis juste revenu pour demander ceci: David, et si tu laissais cette vieille infidèle au vieux pour venir m'épouser? Moi je ne tromperai que quand tu vieilliras, et mes enfants auront hérité de ton talent et humour légendaire qui me font tant rêver de toi. Penses-y, champion.

Kpelly
Répondre

Oh, ma chère Enyonam, la proposition me va si bien, mais le mal est que primo, je n'épouse pas en novembre, deuxio, je ne vieillirai pas avec toi pour que tu me trompes, tertio, tu n'as pas joint à ta demande de mariage un chèque, puisque que pour étudier les demandes en mariage des nanas j'exige un chèque d'au moins deux cent mille pour étude de dossier. Envoie donc rapidement le chèque et on verra, c'est vrai que je n'épouse pas en novembre mais on verra bien avec toi, je peux faire exception.
Amitiés à toi, et on garde l'ambiance, avant que tu ne commences à me tromper, comme je commence à vieillir.

Emile Bela
Répondre

Alors Dave, je n'ai pas été bon élève ces temps ci en raison de mes occupations professionnelles et ma santé fébrile. Il me semble que j'ai manqué. Heureusement que ma carte de lecteur est encore valable...
Vraiment superb encore.
Si ta carte est valable rend toi dans mon Kiosque, il me semble qu'il y a quelque chose.
Amicalement!