Lettre d’un colonisé aux patriotes maliens

Article : Lettre d’un colonisé aux patriotes maliens
13 janvier 2013

Lettre d’un colonisé aux patriotes maliens

Manifestations à Bamako

J’ai reçu, ce matin, à 10h57, dans ma messagerie Facebook, ce message d’un internaute malien, dont j’ai accepté hier l’invitation sur Facebook. « Monsieur David Kpelly, j’aimerais être plus courtois avec à vous dans ce message, parce que je respecte votre niveau, en lisant votre biographie, mais je ne peux pas le faire, compte tenu de la colère que vous me donnez au cœur en ce moment. Force est de constater que suite à vos articles, Le Mali et sa déhontée façon d’être libéré et Main basse sur le Mali, autopsie d’un putsch que j’ai lus dans le journal en ligne africain www.koaci.com, j’ai décidé de vous dire que vous n’aimez pas le Mali comme vous le dites, mais que vous êtes un ennemi de ce pays. Si vous ne pouvez pas vous joindre aux Maliens pour sauver notre pays de l’occupation française et de la Cedeao, laissez-nous les Maliens on va le faire nous-mêmes. Nous ne voulons pas de la France et de la Cedeao et de vos ONU et autres chez nous. Si vous voulez vendre un pays aux Français parce que vous êtes payé pour écrire, allez vendre votre pays le Togo. Nous sommes des dignes fils de Modibo Keita, et notre patriotisme ne nous permet pas de voir ces troupes occuper notre pays pour nous piller après. Nous connaissons nos vrais intellectuels maliens et nous les respectons. Allez au diable avec vos idées de lâche et de nègre néocolisé. A bon entendeur salut. Pour le Mali nous sommes prêts à mourir. Merci. »

Mon cher Abdoulaye – je garde votre nom secret, merci de votre message. J’ai lu sur votre profil Facebook que vous êtes étudiant en sciences juridiques à l’université de Bamako. C’est bien, et j’aime des jeunes ayant du caractère comme vous. L’Afrique en a besoin… Cher Abdoulaye, la grande source de votre colère suite à la lecture de mes deux articles que vous incriminez est mon soutien à l’intervention de la France et de la Cedeao pour soutenir l’armée malienne contre les islamistes qui s’avançaient à grands pas vers le sud du Mali. Je vais vous répondre, et vous dire les raisons de mon soutien à cette intervention.

Sachez, mon cher Abdoulaye, pour commencer, que s’il y a un groupe dont je n’aimerais jamais faire partie, c’est celui-là que vous avez créé, vous certains Africains goinfrés des discours oiseux de certains intellectuels africains, vous qui vous baptisez « patriotes, panafricanistes, anti-impérialistes… » et dont la grande devise est la haine de l’Occident et la victimisation vis-à-vis d’un passé qui ne vous a pas été glorieux. Parce que contrairement à vous, moi je ne conçois pas le patriotisme comme un fardeau qu’on est obligé de nourrir avec une perpétuelle haine envers les autres, mais comme un sentiment d’amour de la patrie, un amour qui pousse le patriote à faire appel à ses frères des autres patries pour sauver sa patrie quand elle est en danger. Voilà ma conception du patriotisme, et c’est pourquoi je n’hésite pas à crier au secours aux Africains, aux Occidentaux, aux Asiatiques… chaque fois que je sens que mes patries le Togo, le Mali et tous les autres pays africains sont en danger. Si c’est cette conception qui fait de moi un néo-impérialiste, je l’accepte, avec plaisir.

Mon cher Abdoulaye, vous avez sans doute fait partie de ces Maliens qui ont applaudi, le 22 mars 2012, le renversement du président malien démocratiquement élu Amadou Toumani Touré par un groupe de sous-officiers, le Capitaine Sanogo en tête. Vous avez, je crois bien, fait partie de ces jeunes qui ont, quelques jours après, crié « A bas la Cedeao, l’Union africaine, l’Onu, la France, la Communauté internationale… »  quand ces derniers ont ordonné aux putschistes de laisser le pouvoir pour permettre aux vraies autorités maliennes de régler le problème de la rébellion touarègue qui venait d’éclater au Nord. Vous aviez, je crois, mon cher Abdoulaye, été de ces jeunes qui ont envahi le tarmac de l’aéroport de Bamako en mars 2012 pour empêcher une délégation de la Cedeao d’atterrir au Mali pour régler la crise institutionnelle qui venait de s’ajouter à la guerre au Nord… Et vous êtes aujourd’hui de ces Maliens qui critiquent l’appui apporté par les forces françaises et africaines aux troupes maliennes pour contenir l’assaut des islamistes qui s’avançaient sans défense vers la capitale malienne Bamako. Inutile de vous préciser que la France a intervenu sur la demande du président malien par intérim Dioncounda Traoré, puisque que vous dites ne pas reconnaître ce président à vous imposé par la Communauté internationale. Vous aviez d’ailleurs manqué de l’assassiner dans son bureau en mai 2012, pour le contraindre à la démission.

Cher Abdoulaye, il est beau, votre patriotisme. Mais je voudrais savoir si vous vous êtes déjà demandé ce qu’il peut vous apporter, ce patriotisme, s’il ne se manifeste qu’à travers les beaux discours sur les valeurs et richesses de l’Afrique, ces discours que vous peaufinez avec des personnalités aussi hétéroclites que Thomas Sankara, Patrice Lumumba, Martin Luther King, Kwame N’krumah, Sylvanus Olympio, Sékou Touré, Chaka Zulu… et même Kadhafi ! Vous chantiez votre patriotisme quand les islamistes occupaient une à une toutes les villes du Nord, devant une armée totalement déstabilisée et divisée par votre grand capitaine patriote Sanogo. Vous dansiez votre patriotisme quand ces criminels endoctrinaient des enfants du Nord en leur donnant des armes pour tuer leurs propres frères, violaient nos sœurs, humiliaient nos mères, coupaient mains et pieds à nos frères, détruisaient des monuments et tombes vieux de centaines d’années… Vous proclamiez votre patriotisme à travers des marches dans les rues de Bamako, le mercredi passé, quand les islamistes marchaient paisiblement sur la ville de Konna, ayant neutralisé l’armée malienne en un clin d’œil. Vous serez là à professer votre patriotisme quand ces criminels drogués massacreront toutes les villes maliennes dont Bamako et instaureront leur terreur.

Cher Abdoulaye, vous perdrez ainsi le Mali, en chantant votre amour pour lui. Parce que vous ne savez que chanter, danser et marcher pour montrer votre soi-disant amour pour votre pays et l’Afrique. Voilà pourquoi, mon cher, je ne ferai jamais partie de votre groupe de patriotes-là. Un groupe de patriotes qui ne peut rien faire pour aider l’Afrique à part de beaux et longs discours. Un groupe de patriotes qui ne peut défendre le Mali, l’Afrique contre aucun, mais alors aucun danger. Je crois en l’amitié entre les peuples, je crois en un monde où tous les Etats peuvent s’aider, où tous les pays, sans distinction de race, de position géographique, de richesse, de religion… peuvent s’aider entre eux. Je crois surtout en une Afrique qui doit, enfin, faire partie du monde, et compter sur le soutien de tous ses amis – tout comme tous ses amis européens, asiatiques, américains… comptent sur son soutien – quand elle est en danger. C’est pourquoi je dis « Bienvenue » à l’armée française au Mali.

Très Cordialement

Votre néo-impérialiste si fier de l’être…

Partagez

Commentaires

Kpelly
Répondre

It's on!

Antoine Sy
Répondre

Félicitations, jeune homme, tu es l'exemple même de l'écrivain panafricaniste engagé. Je viens à peine de découvrir ton blog, et je ne pense pas le quitter de si tôt.
Courage

Kpelly
Répondre

Tout un plaisir, cher Antonie, et puisse la lutte continuer!
Amitiés

RitaFlower
Répondre

Pour une fois,saluons unanimement les interventions de l'extérieur pour sauver le Mali.Le peuple malien n'a pas d'autre choix que de soutenir cette action.Il y a plus de passions que de raisons dans ces prises de positions radicales.Dommage que certains africains sont aveuglés au point de ne pas se rendre compte que c'est un cas d'urgence nationale.Fais très attention à toi,mon néo-impérialiste préféré.Tu aimes le Mali...

Kpelly
Répondre

Le Néo impérialiste te salue, chère Rita.
Amitiés

Didool
Répondre

Oulah pause, temps-mort! J'ai l'impression que cela s'excite légèrement des deux côtés. Très franchement la lettre que vous avez reçu est pathétique, je vous rejoins sur un bon nombre de points concernant ces "patriotes". Ceux qui pensaient très naïvement pouvoir se débrouiller sans l'aide de qui que ce soit en sont pour leur frais. Mais je ne pense pas qu'il faille tomber dans l'excès inverse. Oui il fallait une intervention extérieure, on n'avait plus le choix, mais on a le droit de poser des questions sur le pourquoi on en arrive là et dépasser le clivage gentils (forces internationales)/méchants (islamistes)?
Désolé, moi ce conflit il me rend fou parce qu'il est le fruit de plus de 20 ans d'inconséquence du pouvoir. Il me rend fou parce que tous les prémices qui auguraient cette position inconfortable étaient là et on a rien fait pour les faire disparaître (vous vous souvenez il y a quelques années, quand l'Algérie nous reprochait de rien faire pour lutter contre les islamistes dans le sol malien?). Il me rend fou parce que même avec 52 ans d'indépendance, on est pas fichu de se développer assez pour ne pas avoir besoin d'aide extérieure.
Oui, c'est bon il y a une intervention internationale, des vies sont sauvées, c'est cool. Mais si cette guerre ne permet pas au Mali et aux Maliens un remise en question sur leur rapport au pouvoir (non à Sanogo, mais aussi non à cette élite politique corrompue à un tel point qu'elle n'est même plus considérée comme interlocutrice internationale crédible) et de trouver une façon de se développer avec ses voisins en faisant participer toute les franges de la populations, Touaregs compris, ça n'aura servi strictement à rien. Et please, j'ai lu quelques articles de votre blog qui est assez intéressant, ne faites pas l'erreur d'être dans l'excès de ceux qui sont ravis et remercient sans réflexion l'intervention de la France. On peut raisonnablement être en faveur d'une intervention internationale sans pour autant être dupe de toutes les conséquences qu'elle engendre et les faveurs que ce pays recherche.

Désolé, je lis pleins de billets de blogueurs maliens ces derniers temps et je petais les plombs, il fallait que ça sorte! Ce pavé est tombé sur vous, mais il n'y a rien de personnel, hein!
Bonne continuation et bon courage dans votre travail qui doit être ô combien compliqué en ces temps difficiles!

Kpelly
Répondre

Mon cher Didool, merci de votre riche intervention. J'aime les commentaires de ce genre qui ouvrent les débats. Toutes les questions que vous posez sont intéressantes. Je ne refuse pas à m'interroger sur les dessous de cette intervention française, mais ce qui compte pour le moment, l'évidence qui est là, c'est que le Mali risque d'être complètement déstabilisé par un groupe de terroristes, et on a besoin de soutien. Ce que la France nous a apporté. C'est pourquoi je lui dis merci, jusqu'à preuve de contraire. Garons la tête froide et continuons d'observer.On verra bien la suite.
Amitiés et bienvenue dans mon monde.

Didool
Répondre

Bonjour,

C'est votre façon de voir, je respecte. Je crois très humblement qu'il faut voir les choses sous plusieurs perspectives pour mieux les appréhender. Ces questions, il faudra se les poser à un moment ou un autre et on avait presqu'un an depuis le coup d'État pour y réfléchir.

Prendre les choses les unes après les autres la tête dans le guidon n'est pas une solution à mon sens. Le fait que le pays risque de totalement aller mal et que l'intervention peut sauver ce qu'il reste ne doit pas nous empêcher de comprendre les ressorts et logiques des différents belligérants. Cela va de Ansar Dine à la France en passant par le MNLA. Encore une fois, je ne suis pas contre une intervention, je me demande seulement qu'est ce qu'ils y gagnent.
Désolé, mais l'amour et l'amitié entre les peuples qui seraient la raison de s'engager en guerre pour aider un pays, j'arrive pas à avaler ça.

Et merci d'avoir pris le temps de répondre à mon commentaire.

Kpelly
Répondre

Mon cher Didol, je reviens après un long silence suite à l'indisponibilité de mon blog. J'apprécie la manière dont vous voyez les choses, car il faut toujours se poser des questions sur les dessous de cette guerre. Mais pour le moment, je crois que c'est la libération du Nord qui compte, et les populations le montrent si bien à travers les ovations sans nom à la FRrance. Suivons toujours, et prions que la libération se fasse en paix. A suivre...
Amitiés

LISA
Répondre

Oui,il ne faut pas être naïf au point d'imaginer que cette intervention soit totalement désintéressée, même si elle vient de "la patrie des droits de l'Homme"(j'y mets un peu de dérision ! ). Mais quel pourrait en être le prix ?

Didool
Répondre

Pour les Maliens du Nord? Probablement une occupation longue et difficile. Est-ce que ce sera pire que les terroristes? Je ne sais pas.
Pour les voisins du Mali, il y a peut-être la possibilité de voir leur ressources énergétiques menacées par une France toute proche. Ou c'est peut-être une possibilité d'avoir accès aux ressources (supposées) du Nord. Tout ce que je dis n'est que supposition. Mais l'histoire récente a montré que les interventions étrangères ont rarement été de la pure bonté d'âme. Quel qu'il soit, il y aura un prix payer. Tout ce que l'on peut souhaiter, c'est qu'il ne soit pas trop lourd.

LISA

Seuls les maliens du nord pourront dire si une occupation française sera pire qu' une occupation par les terroristes trafiquants et la charia...les paris sont ouverts !
Pour le reste, il n'y a rien de gratuit,c'est certain, et quand les américains sont venus débarrasser l'Europe du nazisme, nous avons eu droit au plan Marshall américain...entredeux maux, je préfère celui-là !Rien n'est gratuit, ainsi est faite la nature humaine ! En géopolitique, le principe de réalité demeure le principal ferment des conflits...c'est de tous temps !

Kpelly

Oui, chère Lisa, et les Maliens du Nord on montré qu'ils préfèrent la France (et peut-être une nouvelle occupation française) à la charia. L'armée française est ovationnée partout où elle passe au Mali...Et tant mieux pour le Mali et sa libération. On posera les questions de fond après.
Merci de la patience et amitiés

LISA
Répondre

oui, David ! on ne voit pas quel autre type d'intervention pouvait se faire !
Malgré tout, j'ai lu un commentaire sur facebook d'une personne affirmant avec aplomb que tout cela était une manipulation de la France, y compris l'installation d'AQMI et ANSAR DINE dans la région !!!! intéressant, non ?

Kpelly
Répondre

Tout un plaisir, chère Lisa! Suivons toujours.
Amitiés

keitamamady
Répondre

Bravo David.Très bel article.Il faut chasser hors du Mali ,hors d'Afrique ces criminels qui n'ont aucun respect pour la vie humaine et les libertés publiques.

Kpelly
Répondre

Espérons bien qu'on arrivera à les chasser de chez nous le plus vite possible, mon cher. Et prenons enfin conscience.
Amitiés

Nany
Répondre

No comment, mais j'apprécie ta réplique.

Kpelly
Répondre

Tout un plaisir, la Nanyette. I'm Back
Amitiés

Emile
Répondre

Salut Frangin, excellent article,
J'ai lu avec intérêt et je me rend compte que tu avais raison de dire à la suite de ton article sur le Panafricanisme qu'il y avait encore beaucoup à expliquer au gens qui comprennent mais en retard.
Je suis chaque fois peiné qu'il existe encore des gens comme ceux-ci.
Je prepare un article à propos qui sera publier très prochainement qui fera suite au tient.
Bon courage!!

Kpelly
Répondre

A suivre donc, mon cher Emile... Mondoblog revit, et tant mieux!
Amitiés

Josiane Kouagheu
Répondre

Je suis un peu comme Didool. Que gagnent les Français dans cette intervention? La réponse se trouve quelque part surement. Seulement, ne nous voilons pas la face comme le patriote malien Abdoulaye. Le Mali avait besoin d'être libéré. Un pays ne peut être coupé en deux. La Corée a pu s'en sortir "peut-être" mais, l'Allemagne a été obligé de se recoller. Le Mali avait besoin de cette réconciliation là. Et l'armée française peut jouer un rôle positif dans ce conflit. Espérons que, comme François Hollande le clame, les troupes françaises quitteront le Mali après le départ des islamistes?

Kpelly
Répondre

Ce qu'ils gagnent, ma chère Josiane, on en parlera après la libération du Nord Mali. Les populations ont été trop traumatisées et veulent respirer pour le moment. Suivons toujours.
Amitiés

RitaFlower
Répondre

A la jeunesse malienne,préferez la colonisation au panafricanisme et au patriotisme comme le préconisent ceux qui combattent de toutes leurs forces ces valeurs et qui dénaturent ces combats.Faites votre choix en toute liberté.Que les esprits se forgent...

Didool
Répondre

Bonjour,

Bien. Nous ne serons pas d'accord. Mais je vous remercie de cet échange. Personnellement, ça m'intéresse de comprendre les différentes raisons des peuples de se réjouir ou d'être absolument contre cette guerre. Votre article et les différentes réactions m'ont permis d'y voir plus clair.

À bientôt je l'espère.

Kpelly
Répondre

C'est des oppositions que naissent les bonnes idées. Continuons de débattre sur notre destin de la manière courtoise avec laquelle nous la faisons, cher Didol.
Amitiés