Photo de famille au lit avec… Faure

 

Vanessa, ma nouvelle copine congolaise, Vanessa qui m’a séduit à la messe dimanche par sa voix de cygne qui s’apprête mourir, que j’ai draguée juste après la messe, Vanessa comme la célèbre actrice hollywoodienne Vanessa Hessler de la superproduction Astérix au Jeux olympiques, je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas encore avoué, peut-être à cause de ma timidité et ma modestie légendaires qui me poussent à la boucler sur mes plus grands exploits, mais il faut que je lâche le morceau, toutes mes récentes copines portent le même prénom qu’une célèbre actrice de Hollywood, la classe, il y a une semaine je sortais avec une Camerounaise qui s’appelle Angelina Nany – salut la Nanyette, Angelina comme Angelina Jolie, le jour suivant je sortais avec une Sénégalaise Marion Ndiaye, Marion comme Marion Cotillard, le jour suivant avec une Rwandaise qui s’appelait Kate Owourou, Kate comme Kate Winselt, le jour suivant avec une Gabonaise Jessica Mponda, Jessica comme Jessica Alba, le jour suivant avec une Béninoise qui s’appelait Chantal Adouahim, Chantal comme Chantal Biya… euh, elle n’est pas une actrice, elle, Chantal Biya, elle n’est qu’une première dame, rien que la femme de Paul Biya, même si à chaque sortie la Chantou nous la met plein la vue comme si elle était en train de signer des autographes à l’avant-première d’un film intitulé, par exemple, Paul Biya Must Die…

Bref, Vanessa, ma nouvelle copine congolaise, m’avait surpris ce matin, quand elle me déclara, avec le sérieux d’un ouvrier chinois le feu au cul négociant une pute nigériane à mille francs Cfa, Eh bien, Dave, tu sais, comme je suis avec toi, je suis en quelque sorte une Togolaise, c’est pourquoi j’ai décidé de me joindre aux femmes togolaises pour observer la grève du sexe déclarée depuis hier au Togo par les femmes, ce qui veut dire que jusqu’à vendredi t’as pas accès sur mon corps, y aura rien entre toi et moi, c’est juste une semaine et ça va passer très vite. Des vertiges. Une grève de quoi, hein, que je m’étais écrié, croyant avoir mal entendu ce qu’elle venait de dire. Eh bien, une grève du sexe, ce sont les femmes de ton pays qui l’ont instaurée pour pousser leurs maris à s’investir beaucoup plus dans la lutte du peuple togolais pour faire pression sur le pouvoir de Faure Gnassingbé, donc pendant toute une semaine, toutes les femmes togolaises qui veulent le départ de Faure Gnassingbé doivent priver leurs maris de sexe, rien au lit, pas même des caresses, rien, et je vais te le faire suivre aussi, comme je me joins à cette lutte si noble de ces pauvres femmes, une semaine sans sexe, ni plus ni moins.

Je sais ce que la plupart des hommes togolais, africains, feraient si une femme, la bouche en accent circonflexe, se pointe devant eux pour leur raconter de telles paillardises, Ecoute, le lourdaud, tu me la fais pas cette semaine parce que nous les femmes nous avons décrété une grève du sexe. Une gifle, deux, trois, des coups de pieds en pièce jointe, les affaires dehors, Retourne chez tes parents, pute, je viendrai la semaine prochaine chercher ma dot pour épouser une nouvelle femme plus respectueuse. Le mariage s’arrêtera là. Bien sûr que c’est ce qu’ils feront, si une femme les empêche de remplir le premier devoir d’époux qu’ils reconnaissent. Certains hommes musulmans, d’ailleurs, avec cette étrange adresse dont ils font preuve quand il faut défendre des thèses phallocrates, stipulent même que c’est une recommandation religieuse pour une femme de ne jamais se refuser à son mari. Demandez à une Malienne pourquoi elle a fait six, sept, huit, dix enfants, des enfants qu’elle et son mari sont dans l’incapacité de nourrir et qu’ils transforment en petits mendiants dans les coins de rue, des boîtes de tomate vides servant de sébile en main, elle vous répondra qu’elle n’y peut rien, comme elle ne peut parler de précautions à prendre à son mari, le tout-puissant qui a une autorisation divine de niquer quand il veut et comme il veut, sans daigner oser commettre le crime de demander l’avis de sa femme. Et Dieu seul sait ce qu’ils sont capables de faire, ces hommes, coran en main, si une femme ose un jour leur parler de grève de sexe.

Mes chéries, vous avez lancé cette grève parce que vous vous estimez les plus touchées par la catastrophique situation sociopolitique du Togo, et espérez ainsi faire pression sur vos maris à plus œuvrer dans la contestation de la dictature. Ceux qui connaissent le Togo peuvent vraiment le témoigner, vous êtes de véritables martyres, vous les Togolaises, et plusieurs fois, des observateurs de la vie socioéconomique de notre pays nous ont même traités, nous les hommes togolais, de paresseux pour les plus cléments, de méchants pour les plus durs, parce qu’ils considèrent que nous vous faisons trop travailler. Il y a même eu cette expression d’un journaliste ayant fait un reportage sur le Togo qu’il a qualifié de pays où les plus dynamiques sont les femmes. C’est dire comment vous souffrez de la mauvaise gestion de notre pays, vous sur qui reposent, dans la plupart des foyers du pays, toutes les charges de la famille. Au marché, fait insolite, c’est vous qui portez les bagages les plus lourds, contre deux cents ou trois cents francs, juste la pitance pour nourrir des enfants qu’ignorent même des fois le mari, c’est vous qui sillonnez tous les coins et recoins des villes et villages, vendant, sous le soleil, sous la pluie, de menues choses, c’est vous qui êtes plus présentes aux champs, dans les églises, pleurant vos malheurs à Dieu, dans les rues…

Mais cette grève, loin de régler vos problèmes, nos problèmes à nous tous, Togolais, risque d’en créer d’autres. Vous devez comprendre, vous qui avez décidé durant une semaine de priver vos maris de sexe, certaines préconisant même une marche, nues, dans les rues de Lomé, vous devez comprendre que la société togolaise, à l’instar de la plupart des sociétés africaines, est encore trop phallocrate, que les hommes se sentent encore trop supérieurs à vous, et que peu, très peu de Togolais pourront vous pardonner cette effronterie. Cette grève peut coûter des foyers à beaucoup d’entre vous, et dans un pays où la plus grande partie des mariages est fondée sur des clauses tacites, où la plupart des mariés ne sont pas passés devant le maire, où beaucoup d’entre vous ignorent encore ce qu’est un acte de mariage, ce qu’est un divorce prononcé aux torts exclusifs de l’époux, ce qu’est une indemnité… des hommes, beaucoup d’hommes pourront facilement vous renvoyer sous le seul prétexte que vous vous êtes refusées à eux, sans que personne ne lève le petit doigt pour vous défendre. Quant à celles d’entre vous qui oseront marcher nues, l’écrasante majorité n’auront même plus le droit de remettre pied chez leurs maris, et c’est peut-être même durant la marche, dans la rue, qu’on viendra vous remettre vos affaires, vous expliquant que vos maris ne veulent plus vous voir. Pensez à d’autres types de grève, mes chères.

Bof, j’ai même l’impression que pour déjouer l’efficacité de votre grève, mes chéries, Faure Gnassingbé, jamais en manque d’idées quand il faut exceller dans le faux, pourra trouver des moyens pour aider vos maris à se satisfaire dehors. Il suffit qu’il subventionne quelques boîtes à putes, quelques maisons closes, quelques boîtes à strip-tease du pays. Toi cette femme d’instituteur qui a décidé de te refuser à ton mari durant toute une semaine, imagine ton vieux mari qui rentre chez lui le soir et bute sur toi menaçante et à la mine aussi serrée que celle d’un policer malien à midi durant le mois de ramadan, stipulant que tu fais grève de sexe, il lui suffit, à ton instituteur de mari, de faire un tour dans la boîte à putes du quartier où Faure Gnassingbé a payé toutes les meilleures putes ghanéennes et nigérianes pour officier gratuitement pendant toute la semaine de la grève – peut-être même qu’il y placera certaines de ses copines dont des anciennes Miss, dont il ne veut plus. Ton vieil enseignant de mari tire son coup gratos avec une pute expérimentée nigériane, ou même avec une ancienne Miss, rentre chez lui gavé et se rend compte subitement que toi, la sacrée gréviste, tu es trop vieille, trop ratatinée, pas même sexy. Il priera donc que ta grève du sexe ne s’arrête jamais, parce qu’il ne voudra plus de toi. Et tu auras perdu ton mari, ton foyer, chère maman gréviste du sexe.

Dernière Minute : Vanessa, je t’informe par la présente que je ne veux plus de toi, c’est terminé, je ne suis pas dans ton histoire de grève du sexe, ma nouvelle dulcinée s’appelle Rita – salut Rita, une adorable métisse qui lit mes deux blogs avec une fidélité rare, Rita que je te présenterai bientôt, connasse de gréviste.

 

18 réflexions au sujet de « Photo de famille au lit avec… Faure »

  1. Je partage parfaitement ton point de vue. D’autant plus que, Isabelle AMEGANVI, celle-là même qui appelle les togolaises à observer une grève du sexe pendant toute une semaine au péril de leur foyer, n’a jamais été marié.

    1. Oui, chère Nathale, c’est surtout là où les choses tournent faux, cette femme doit comprendre qu’elle ne partage pas les mêmes réalités que les femmes qu’elle envoie dans les rues.
      Amitiés

      1. Je n’ai pas été pour cette grève aussi et je pense que c’est juste pour faire un effet médiatique et apparemment le but est atteint car tous les médias en ont parlé. C’est une fausseté que de dire que Isabelle Ameganvi n’a jamais été mariée. Je connaissais son mari qui a cassé la pipe il y quelques années de cela.

  2. Cher Dave,
    J’ai rigolé par l’idée de la grève. J’ai même écris un article sur mon blog que je poste bientôt. Je crois qu’il faut éviter le mal..une grève, mais pas du sexe. loool

      1. Dave, désolé, je ne l’avais pas encore posté quand je lisais le tient. En fait, j’ai sursauté hier nuit en suivant l’actualité internationale et j’ai appris la grève qui a produit un déclic en moi. J’ai décidé d’écrire un article mais au stylos qu’il faut saisir et poster. Tu peux donc lire demain matin, je vais poster…J’aime les togolaises tu as oublié? une grêve du sexe, c’est ma mort..hahhaha

  3. Je ne partage pas du tout cette idée de grève de sexe. Cela ne peut jamais marcher et ne marchera jamais au Togo! Je ne vois pas en quoi une grève de sexe peut amener les togolais à s’investir plus dans cette lutte! Non! non! Passons à autre chose!

    1. Allez, magne-toi, cher Tony, va dans les rues crier pour que Faure parte, sinon j’écris bientôt à ta femme pour lui dire de t’ajouter une semaine de grève, spécialement à toi.
      Amitiés

  4. Merci Dave..on se comprend hein, même comme tu as tôt fait de me remplacer par Vanessa, Rita…dis donc, tu me les changes comme des sous-vêtements…anyway, histoire de grève de sexe là, à la vérité, j’aimerai bien voir la fin de ce film à la togolaise….humm quelle idée….j’ai rien contre l’initiatrice, mais francho, elle n’a trouvé mieux??? et celles qui sont prêtes à suivre cette prescription, n’ont-elles pas un peu de cervelle pour prendre du recul avant de se jeter à l’eau?? ça me rappelle l’histoire de cette femme mariée qui pour punir son mari pour infidélité décide de faire grève de sexe. Résultat: la « bonne » pour qui le mari était puni car surpris en flagrant délit d’adultère a fini par intégrer le domicile et prendre la place de la gréviste…..Donc de grâce, mes sœurs, mes mères crevons nous encore les méninges pour trouver mieux, ensemble nous saurons trouver de meilleures solutions……
    Je sur-kiffe ton billet Dave….comme d’habitude diras-tu…:-)

    1. Salut la Nanyette
      Bah, oui, tu sais, mon empathie légendaire que tu connais bien ne me permet pas de rester pendant trop longtemps avec toi alors que beaucoup de tes soeurs me crient, Non Dave, notre Dévé à nous, laisse cette Camerounaise de Nany et viens vers nous, tu sais que t’es notre chochou à nous, hein! Tu vois, hein, ma Nanyette.
      Bon pour la grève du sexe, je pense à des stratégies à apprendre aux hommes togolais pour que ça échoue. Bien sûr que ça va échouer, crois-moi.
      Amitiés

  5. Ah mes soeurs togolaises,vous voulez etre des femmes libres,émancipées et indépendantes et en meme temps conserver votre foyer il va falloir alors trouver un juste milieu.On ne peut pas tout avoir en meme temmps.Il va falloir y aller pas à pas et ne pas trop vite bruler les étapes.Les conséquenses seraient désastreuses pour vous mesdames.Le but de la manoeuvre n’est pas au final se retouver seules et abandonnées de sa tendre moitié.Cette grève du sexe risque de désservir votre cause.Qui va à la chasse,perd sa place.C’est un appel du pied mon cher David,tu fais fort.Whaou!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *