Capitaine Sanogo, le septième amant

19 mai 2012

Capitaine Sanogo, le septième amant

 

J’aime les Sénégalaises. Bon, disons que c’est un pléonasme, dire qu’on aime une Sénégalaise. Une Sénégalaise, c’est déjà en soi quelque chose qui s’aime, qui s’adore, qui se rêve,  qu’on désire, quelque chose sur laquelle on fantasme toutes les nuits comme un capitaine raté aigri fantasme sur un grade de général. Une Sénégalaise, c’est une petite merveille harmonieusement bâtie, droite, un majestueux colosse dressé sur des jambes d’échassier, deux boulettes fermes en bandoulière sachant tourner devant ceux qu’il faut et ne pas le faire devant ceux qu’il ne faut pas, deux gracieuses lèvres toujours luisantes sachant sourire à qui il faut et ne pas le faire à qui il ne le faut pas, deux petits yeux de fouine sachant fixer et hypnotiser qui il faut et ne pas le faire à qui il ne faut pas, des dents très blanches avec une jolie raie, une raie-sanogo, contrastant à merveille avec le teint noir de jais, des dents bien blanches qui savent mordre dans ce qu’il faut, où il faut et ne pas le faire là où il ne le faut pas, et, surtout, deux bombes-arrières ondulant sur un morceau de l’ex Youssou N’dour, le vrai Youssou N’dour, des ondulations capables de vous faire oublier les pires calamités de ce bas-monde de miasmes. Ah, une Sénégalaise, un rêve ! Si je défunte sans avoir pu en épouser une, qu’on m’enterre tout juste auprès du Monument de la Renaissance à Dakar, pour que mon fantôme puisse les admirer à loisir lors de ses randonnées nocturnes.

J’aime, donc, les Sénégalaises. Je les aime toutes. Même Djénéba, la bonne de ma voisine, qui ressemble plutôt à une Béninoise, courte, ramassée et potelée, mais qui, comme par miracle, est une N’Diaye, une Sénégalaise donc. C’est pourquoi je leur consacrerai très prochainement un livre, sûrement celui avec lequel je remporterai la même année le Goncourt, le Renaudot, le Médicis et le Femina. Celui dont les droits d’auteur me permettront d’aller me construire une petite villa à mezzanine avec vue sur le palais présidentiel à Lomé et siffler Faure Gnassingbé chaque matin à son arrivée au bureau. Toute douceur, mon panthéon de la provocation. Je l’intitulerai simplement, sans subversion, sans provocation, je l’intitulerai donc, ce livre sur les charmes et la beauté des Sénégalaises, Marilyn Monroe était Sénégalaise. Marilyn Monroe Sénégalaise, donc très sûrement musulmane, Marilyn Monroe en burqua entourée d’une ribambelle d’enfants, au foyer d’un polygame macho, disons que ce n’est pas une très belle métaphore mais passons, je n’ai pas encore trouvé mieux, mon hyper best-seller a encore tout le temps pour changer de titre.

C’est, donc, le projet d’écriture de mon futur succès de librairie qui me permettra très bientôt de devenir aussi riche qu’un footballeur, fût-ce un réserviste du Paris-Saint-Germain, qui m’a, il y a presque deux mois, rapproché d’un groupe de quatre jeunes étudiantes sénégalaises vivant dans mon quartier. Comme toute Sénégalaise qui se respecte, elles sont toutes noires, élancées, rondes où il faut, dansant Mbalax, portant des perles autour des hanches, des perles qu’elles ne cachent pas même devant des étrangers masculins, préparant du riz au gras avec des ingrédients aussi multiples que les clés dans le trousseau d’une femme de voleur, jubilant devant des parties de lutte où des zigotos engraissés comme des truies enceintes se cassent les articulations par dizaines de millions interposés, embaumant leur chambre d’encens, critiquant, reines de l’hypocrisie, leurs colocataires maliens en wolof, et les adulant en français, lançant des cauris, consultant des marabouts comme pour se divertir, s’encombrant de gris-gris, remplaçant les amants au même rythme que leurs jeans plaqués et décolletés. J’adore les Sénégalaises. L’idée est de leur faire parler, dans le livre, des secrets de leur beauté, de leurs charmes, de leurs techniques d’envoûtement si efficaces, de leur premier amour, de leur deuxième amour, de leur troisième amour, de leur plus belle nuit d’amour, de leur plus bel amant, de leur plus chaude envie, de leur art de séduire les hommes par leurs encens et de les tromper avec élégance, de leurs projets, de leurs rêves.

Pas facile, suivre une étudiante sénégalaise bling bling à Bamako qui parle de ses amours. Elle en a tellement. De toutes les nationalités. Dans ce pays où la crise de l’éducation a rendu les études tellement faciles que n’importe quel cancre venant d’un pays limitrophe peut se retrouver un petit génie parmi des étudiants autochtones sachant à peine conjuguer un verbe du premier groupe à tous les temps de l’indicatif, l’université et les écoles supérieures privées sont encombrées d’étudiants de toutes les nationalités d’Afrique. Ivoiriens, Camerounais, Gabonais, Togolais, Béninois, Guinéens, Tchadiens… tous y viennent glaner des diplômes aussi facilement que faire un coup d’Etat au Sahel en mars. Et mes personnages sénégalais en ont tellement mordus puis plaqués que la première m’a raconté cent-trente-six histoires d’amour en un an et demi de séjour au Mali, la deuxième, la plus paresseuse, quatre-vingt-huit en trois ans de séjour, et la troisième, la plus dynamique, deux-cent-cinquante-six en deux ans trois mois.

La quatrième, elle, refusant, discrète, de me conter ses conquêtes, me fit part de son rêve le plus ardent de ces derniers temps, le rêve qu’elle aimerait concrétiser avant de terminer, l’année prochaine, son séjour au Mali, le rêve qui restera pour elle, avant son diplôme en gestion, le plus beau trophée remporté au Mali en quatre années d’études. Partager sa couche, en une semaine, avec sept spécimens différents de mâles. Elle voudrait constituer une sorte de Guinness Book des partenaires de ses parties de jambes en l’air. Le lundi, elle voudrait avoir dans son lit l’homme le plus court vivant au Mali. Je lui ai demandé de chercher parmi les Camerounais, les Gabonais, les Congolais, les Béninois ou les Togolais. Le mardi, l’homme le plus vantard et menteur vivant au Mali. Je lui ai suggéré de chercher parmi les Ivoiriens, car ces gens-là, comme ils se plaisent à le dire eux-mêmes, c’est quand y a bouche que tu vois ivoirien. Le mercredi, le plus débraillé de tous les hommes au Mali. Je lui ai recommandé les Nigériens, elle peut en trouver parmi eux, ces sacrés petits médjiras, qui portent des paires de chaussures en peau de croco sur des joggings. Le jeudi, elle voudrait consommer le plus élégant, gentil et intelligent de tous les hommes vivant au Mali. Je l’ai priée de ne pas chercher loin, j’étais là devant elle, j’étais à elle. Le vendredi, le plus gros soûlard  de tous les hommes au Mali, car pour elle, il n’y a de femme plus comblée au lit que celle d’un soûlard. Je lui ai proposé de chercher parmi les Burkinabè, parce que ces gens qui chantent Le soûlard s’en fout avec la même passion que leur hymne national, il serait presque impossible de dénicher un plus gros soûlard ailleurs que chez eux. Le samedi, le plus louche de tous les hommes au Mali. Les Nigérians et les Ghanéens, que je lui ai recommandés, tout le monde sait qu’ils sont, ces anglophones, les rois de l’arnaque dans nos pays. Le dimanche, son septième amant donc, serait en quelque sorte un condensé de tous les spécimens qu’elle a croqués durant les six premières nuits. Un homme à la fois vantard et menteur, louche, débraillé, soûlard à l’extrême… un spécimen des spécimen donc. J’allais lui dire que c’était presque impossible, que comme le dit cet adage du Togo aucun homme n’est totalement négatif, que même il arrivait à Eyadema et Mobutu d’être des fois humanistes au-delà de leurs crimes et atrocités, que Faure Gnassingbé est libidineux, il la fout au fin fond de tout ce qui lui passe sous le nez mais il n’est pas un soûlard, que Yayi Boni se saoule la gueule à loisir comme un Burkinabè mais il n’est pas louche, Sassou Ngesso est louche, aussi louche jusqu’au point d’aller installer des dépôts d’armes dans les concessions des Congolais, mais il est élégant, il n’est pas débraillé comme les médjiras du Niger… j’allais, donc, dire à ma Sénégalaise nympho qu’elle ne trouverait jamais ce septième amant, un homme totalement négatif, quand à la télévision, qu’elle avait laissée allumée dans un coin de la chambre, commença à hurler une voix d’homme, débitant un communiqué aussi mécanique qu’un tracteur chinois dans une rizière de pays sous-développé. Elle me regarda et me sourit. Je me concentrai sur le discours de notre capitaine putschiste qui veut devenir ou président ou général. Mon personnage avait trouvé son amant du dimanche.  Le septième.

Partagez

Commentaires

banjugu daraame
Répondre

Merci mon frère pour c'est bon blog, j'ai vraiment l'apprécié, continuer d'exprimer de telle manniere, nous serons toujours la pour faire nos commentaires.
Capi,Devenir Général, Devenir President intermaire =echec la CEDEAO! Merci!

Kpelly
Répondre

Bienvenue dans mon monde, cher Bajangu, et amitiés.

lisefor
Répondre

J'adore ce vagabondage des mots, des formules qui s'enchaînent et nous entraînent dans un labyrinthe d'aphorismes et de métaphores...
Merci.Le spleen d'un dimanche après-midi disparaît..
Lisa

Kpelly
Répondre

Merci, chère Lisefor, de la fidélité, et à suivre!
Amitiés

pape
Répondre

là cousin tu y va pas a pédale douce,mais bravo j'en suis sur tu sera un grand écrivain

Kpelly
Répondre

Moi grand écrivain, ah le rêve de toute une vie! Que Dieu t'écoute, cher Pape, et que le capitaine Sanogo aille au d...
Amitiés

Ameth DIA
Répondre

Loin de moi l'idée de faire l'avocat du diable mais si ton capitaine bien aimé est un condensé de tous les amants des jours précédents, il a donc en lui les qualités de celui du Jeudi!!!?

Et pour éviter que ton fantôme ne hante les environs du monument de notre cher ex Président, il ne te reste plus qu'à traverser la frontière; qui sait, je te filerai pet être un coup de main ;-)

Kpelly
Répondre

Ah ah ah, mon bon vieux Dia, tu veux me dire que le capitaine a aussi mes qualités, jamais!
Traverser la frontière pour les petites merveilles; c'est kiffant, crois-moi, attends-moi donc, juste près de monument de la renaissance.
Amitiés

Hélène Adjé
Répondre

Toi, David toi! On ne le dira jamais assez, ton humour-là fait plus mal qu'il ne fait rire. Ta virulence légendaire et ta provocation-là vont te t... un jour. Mais dis, t'es venu à Lomé et t'as pas cherché à me voir hein, sale polygame. Bisous. Et bon séjour avec le Capi Sanogo.

Kpelly
Répondre

Hélène! Mais t'étais où tout ce temps là hein! Je croyais que tu t'étais mariée, ou qu'on t'avait mariée! Tu m'attends donc toujours! Quant à mon voyage à Lomé, oublions ça, c'était un petit, un tout petit cauchemar. T'inquiète, on va se croiser très bientôt.
Amitiés

Nany
Répondre

Donc les Camerounais sont courts de nature hein? hummmmm!!!!!!
Anyway, Je kiff tout simplement.....particulièrement le jeu des mots...et si tu me prêtais ton génie pour une minute... :-)
Bien du courage et bonne suite!

Kpelly
Répondre

Les Camerounais courts! Oublions ça; ma nanyette. Quant à mon génie à te prêter, je te le donne cadeau, prends ça cadeau, comme t'as un si joli nom. Nany, ça fait joli joli!
Amitiés

Bertille
Répondre

Tu as bien fait de te rattraper dans ce commentaire, parce que dire que les Camerounais sont les plus courts est une erreur!!!
Je m'attendais à voir les RDcongolais dans les propositions du 4e amant.
Une introduction très sensuelle qui m'a fait remettre en cause le choix de la photo. Mais j'ai vite compris que tu n'es pas un amateur.
Merci!

Kpelly
Répondre

Hein, les RD Congolais! Ah, chère Bertille, faut pas leur faire ça lààà! Ce sont mes amis! Amitiés.

lesivoiriensontdutalent
Répondre

Il faut vraiment sauver le soldat Sanogo. Après les sanctions de la CEDEAO, voilà qu'il doit maintenant faire face aux assauts répétés de la plume de David Kpélly.Mesure t-il seulement l'ampleur de cette nouvelle menace? qu'il se renseigne un peu au près de Gnassimgbé père et fils. Pour ma part, je n'aimerais vraiment pas être a sa place en ce moment. Rien que d'y penser j'ai déjà des frissons dans le dos. Brrrr!!!

Kpelly
Répondre

T'inquiète, mon cher, je ne vais pas faire fort, c'est mon pote et je le gère!
Amitiés

Bouoh Duverné
Répondre

Depuis quelques mois que je lis tes chroniques. Finalement, j'apprécie fort ce style d'écriture, ce scanner, qui ne ménage personne. Du politicien au citoyen ordinaire, personne ne t'échappe. Je baptise ton style " Le melting-grogne".(entendons grogne tous azimuts) et je t'y encourage.

Bouoh Duverné
Répondre

Depuis quelques mois que je lis tes chroniques... Finalement, j’apprécie fort ce style d’écriture, ce scanner littéraire, qui ne ménage personne. Du politicien au citoyen ordinaire, personne ne t’échappe. Je baptise ton style "Le melting-grogne" (entendons grogne tous azimuts) et je t’y encourage.

Kpelly
Répondre

Le melting-grogne! Eh bé! J'aime cette qualification! Et le capitaine Sanogo, tu le baptises comment hein?
Amitiés